LE COIN DES BONNES CHOSES



LES VACHES DE LA RUE HORACE VERNET,
ET DE QUELQUES AUTRES RUES DE NOTRE ALGER ...



Textes des Es'mmaïens sur le Livre d'Or,
31 mai - 1er juin 2008

Illustration de Jean Brua





René Rando (Alger/Limoges)
31/05/2008 07:52

 Bonjour à tous. Hier j'ai eu la surprise d'avoir au téléphone une compatriote avec qui il se trouve que nous étions ensemble à l'école maternelle Horace Vernet en 1946 ! (ce qui ne nous rajeunit pas !) encore des retrouvailles grâce à ES'MMA ! Un vrai plaisir de converser avec elle et d'échanger nos souvenirs sur notre quartier... Et parmi ces souvenirs celui du laitier de la rue Horace Vernet ! Qui pourrait concevoir de nos jours une étable en pleine ville et des vaches laitières fournissant un bon lait frais et pas stérilisé du tout, mais délicieux que nous allions chercher chaque jour avec un bon vieux pot à lait en alu... Certains s'en souviennent ils ?
Allez Jb un petit dessin.......

 RÉPONSE : peut-être le temps est-il venu de nous intéresser à nouveau à cette distribution "de proximité", tant tout est devenu cher, du fait de ceux qui effrontément prélèvent leur dîme au passage ? Et puis nos gamins verraient des vaches, des poules... (non, ici dans l'Ain, les poules, purée des coqs, ça va comme ça, on est servis !). En tout cas, merci René, pour ce souvenir aussi drôle qu'émouvant. G.



 Chris (ALGER-ST.LAURENT DU VAR)
31/05/2008 17:34

.../... Et nos vaches "citadines" de la rue Horace Vernet ! Combien de nous s'en souviennent, enfants de ce quartier ?? Mais je me pose une question, maintenant avec le recul, oŁ donc allaient-elles paître ?? D'après les renseignements glanés sur Internet, le "fermier" s'appelait M.Mikaleff. Ce sera peut-être à confirmer.
Merci à Es'mma, qui nous permet, avec les souvenirs de chacun d'ouvrir un peu plus la porte de notre mémoire. Bien amicalement à tous et toutes. Chris.

 RÉPONSE : oui, c'est bien le nom qui est donné. Il est même précisé que c'était un Maltais. Pourtant, Mikaleff, ça fait un peu Maltais de l'Oural, non ? Oui, ça reste à confirmer. Ceci dit, Tchaleff, c'est pas le nom d'un joueur de balalaïka !





Et si elles broutaient pas de l'herbe, hein,
qu'est ce qu'elles mangeaient, les vaches de la rue Horace Vernet ?
Réponse en dessin de Jean Brua...
... puis de René !



 ES'MMA JiBé
01/06/2008 09:16

Sollicité par le message de Roger Rando sur la laiterie de la rue Horace-Vernet, Jibé a saisi la vache au bond.
"Ah, qu'elles étaient jolies, les percolatrices de mon pays !"






  René Rando (Alger/Limoges)
01/06/2008 07:44

.../... Bonjour, Chris, les vaches de la rue Horace-Vernet ne savaient pas ce qu'était l'herbe tendre d'un pré comme leurs soeurs limousines. Elles se nourissaient de foin, et je me souviens avoir vu "un char à banc", comme on disait, chargé de foin et tiré par deux chevaux (je crois si ma mémoire ne me joue pas de tour!). Tant que nous sommes dans nos souvenirs, bon nombre d'entre nous ont élevé des vers à soie, lorsqu'ils étaient à l'école primaire et les mûriers du bd Beauprêtre ont bien souffert de nos agressions ! (en coupant des branches pour donner les feuilles à nos pensionnaires).
dong-dong-dong-dong ici Limoges... Les pieds noirs parlent aux pieds noirs, à vouzôtres pour la suite de nos souvenirs.



 Llorens Jeanjean 1934 (Alger Belcourt Les Halles)
02/06/2008 09:30

Maintenant que nous avons reglé le problème des patins à roulettes, et si on parlait des laiteries dans la ville. Je sais qu'il y en avait une au Hamma à Monsieur Georges Attard, et il y en avait une aussi dans le haut de la rue Trollier au Champ de Manoeuvre, je crois que c'était la famille Salva. Voilà pour les vaches, Jeanjean.... de Belcourt



 René AULIO 1945 (banlieue Toulouse)
02/06/2008 09:41

Je me souviens très bien de cette mission de ma tendre enfance : descendre la rue Sainte Beuve (je crois) pour arriver en face de l'étable et y acheter le lait et, je pense me rappeler, des yaourts ou quelque chose comme ça ? Fromage blanc ou faisselle peut être ? J'ai parlé de cela avec mon frère et, un jour, nous avions été spectateurs du chargement de vaches dans une longue remorque, on s'en souvient car les bêtes étaient maladroites pour grimper sur ce pan incliné, elles y glissaient en plus. Alors, est -ce qu'on les transportait vers quelques prés pour brouter du frais ? À la boucherie ? On ne sait pas. Presque en face de cette étable, il y avait une entreprise de pneumatiques de marque "Bergougnan". En remontant vers Molbert, un grand café qui faisait le coin ; mes parents connaissaient bien les propriétaires, installés ensuite à Villeneuve, près d'Agen. Cette rue Horace Vernet, je pense que c'est celle que je connaissais le plus, de chez nous, elle menait de partout je crois !



 Yves Jalabert (RP 94)
03/06/2008 16:03

Hello, au lait, en ce qui concerne les laiteries, il y en avait aussi une rue du 4 septembre, rue perpendiculaire à la rue Sadi Carnot. Mes 2 premières années d'écoles, fin des années 40 début 50, ce sont effectuées à l'école du 4 septembre, en face de cette laiterie, d'où il se dégageait une forte odeur de fromage et bien d'autres effluves...... la vache...!! J'accompagnais ma mère qui allait avec son petit pot en alu. le faire remplir, presque au cul des vaches.. A bientôt plus... Yves



 marie-josé Mazel-Liminana (alger marseille)
04/06/2008 10:04

Toujours à propos des laiteries, il y en avait une au HAMMA, rue Robert Randau. Elle appartenait à M. PISANI (presque tous les laitiers étaient maltais). L'odeur des vaches était si forte qu'elle arrivait à masquer celle de la fabrique d'allumettes CAUSSEMILLE. Tous les matins M.PISANI sortait sur son char à bancs, en criant : "Fromages à la crème, fromages à la crème" et les garnements du quartier embusqués au coin de la rue, de répliquer : "Qui n'en mange y n'en crève". Le fromage à la crème qui était très apprécié à ALGER, avait du être apporté par les Lyonnais, avec la froideur que nous reprochaient nos cousins oranais.