Dans notre série "Les Safaris de la mémoire"

Marie a retrouvé une gazelle du Parc de Galland !

De notre envoyée spéciale Marie Opper du haut de la rue Michelet.

Et mille mercis à Jean Brua de l'avoir croquée !



   De notre amie Marie, grande chasseuse de nos souvenirs devant l'Éternel, comme vous pourrez bientôt en juger, voici, nous écrit-elle "une photo, datée de 1953, que je viens d'acquérir et qui m'émeut énormément. Regarde : c'est une des gazelles du Parc de Galland dans son enclos.

   En fouillant dans les archives du LO, j'ai noté que nous sommes plusieurs à avoir mentionné ces gazelles si gourmandes de cigarettes, en voici une !"


   Et Marie de conclure son message d'accompagnement sur cette question : "Ne crois-tu pas qu'elle pourrait avoir une petite place dans ton évocation du Parc de Galland ?"

   Oh que si, chère Marie, même que là, main'ant, illico presto, toud'suite et sur le champ, j'en fais un écran éspécial pour elle !

   À tâcher de situer cet enclos, et si l'on se repère au pigeonnier qui se trouve derrière la maisonnette, nous nous trouvons sur l'esplanade qui s'étend dans la partie haute du parc, devant le musée Srephane Gsell. Non ? Certains se souvenaient de gazelles dans un enclos plus petit, situé dans une autre partie du jardin, en redescendant vers la rue Michelet, sur la gauche, mais peut-être y eut-il deux enclos aux gazelles ? Ou bien au fil des années son emplacement a t-il changé ?

   En tout cas, comme on dit, une de retrouvée, dix de perdues ! Donc, en chasse, si je puis dire, chers Es'mmaïens et Es'mmaïennes, pour retrouver trace des gazelles manquantes ! Sur des photos de famille (vos parents ont bien dû vous prendre en train de les nourrir de cigarettes !) ou dans des images de vieux journaux ou magazines...

   Et si vous nous envoyez des photos postérieures à 1962, ça ne vaut pas ! Surtout si les gazelles qui apparaissent dessus se promènent rue Michelet, ont la peau mate ou brune, des yeux de braise avec du khôl autour, et des sourires ravageurs ! D'accord, de nos jours on les appelle "gazelles", mais ce ne sont pas les mêmes !

   Allez, à bientôt et encore merci, Marie !