LA GAZETTE DU TEMPS QU'ON ÉTAIT LÀ-BAS (paru dans les KÉMIAS, 8ème édition, octobre 2005)



Preuve à l'appui, une révélation de LADY X :

Les bancs du Parc de Galland
où s'qu'on s'asseyait
étaient
SPONSORISÉS !


   Merci à Lady X pour ce document qui fera peur aux petits enfants de maintenant (oui, Lady X, toujours jalouse de son anonymat, grâce à sa trousse Photoshop, a sur la photo habilement maquillé une petite fille qui était peut-être elle). Mais il ravira les anciens petits enfants qui fréquentaient le parc de Galland : ENFIN nous savons !

   Oui, nous savons que le sponsor "KOHLER FRÈRES" qui, en finançant nos bancs-publics, nous permettait de nous assoir, n'était pas la seconde moitié du chocolat Nestlé-Kohler de nos goûters d'alors (car si avant la seconde guerre mondiale, ce chocolatier suisse s'appelait seulement "Kohler", il ne lui était pas adjoint la mention "frères"). Non. C'est sûr maintenant, ce n'était pas le sponsor des barres de chocolat qui fourraient nos goûters ! S'agissait-il alors de la grande quincaillerie qui portait ce nom au N° 1 de la rue Portalis ? Vous savez, les successeurs de la maison Poirson... Il ne peut quand même pas s'agir de l'autre maison "Kohler Frères", celle qui gîtait au Hamma et qui était "fournisseur d'armes et munitions en gros" ? (qui, eux, étaient, comme vous le savez, les successeurs de la maison Boillet). Il est vrai que nous jouions beaucoup à la guerre dans les allées du parc, mais de là à orienter dès notre plus jeunes âge nos choix en matière de pétoires, il y a une marge que même nos hypothèse les plus hardies ne sauraient franchir ! La photo est floue et on ne distingue pas la mention de l'activité de ce Kohler Frères. Mais la rue Portalis n'était pas, si l'on peut dire, la porte à côté (c'était vers la rue Colonna d'Ornano), alors quel intérêt pour ce commerçant à venir faire sa réclame ici, au parc de Galland ? Mystère...

   PS : quelques années postérieurement à la parution de cette première photo, LADY X nous a autorisés à montrer le visage de cette enfant, ce que nous faisons volontiers ici :


   S'agit-il de LADY X enfant ? Et dans ce cas, grâce à l'un de ces logiciels qui permettent de vieillir les traits des enfants enlevés en bas âge, afin de les retrouver quelques décennies plus tard dans la maison de retraite où les retient encore leur ravisseur, pourra t-on découvrir en ce début de XXIème siècle les traits de notre Lady X tels que le temps les a transformés ? Oui, elle est parmi nous, mais qui est-elle ? Va t-on le savoir enfin ? Est-ce votre soeur, votre patronne, votre fille ? Finira t-elle par épouser le colonel Buck-Danny ? Ah, quel suspens, mes chers lecteurs, quel suspens ! Au moins, mai'nant, on sait que le célèbre loup noir, c'est pas une tache de naissance !